Events , Paris

France, détours / épidode 2. Ce trait c'est ton parcours

“France, détours / épisode 2. Ce trait c’est ton parcours”
un film de Frédéric Moser et Philippe Schwinger
2011 – 53′
coproduction Fondation Kadist et L’âge d’or

“Notre rencontre avec le Fil continu à Pierrefitte-sur-Seine, qui se trouve en ZEP (zone d’éducation prioritaire) sert de point de départ au film. En effet, cette structure – qui a été mise sur pied conjointement par l’AFPAD (Association pour la formation, la prévention et l’accès au droit) et les trois collèges de la ville – accueille des élèves exclus du collège en proposant un encadrement éducatif inédit en France. Le local du Fil continu est une annexe située dans l’enceinte du collège Gustave Courbet. L’écolier qui suit les activités du Fil durant la période scolaire, a été exclu de l’enseignement obligatoire pour une durée allant de deux jours à un mois, voir plus, après avoir été convoqué à un conseil de discipline.

Au lieu de laisser les enfants livrés à eux-mêmes pendant le temps de leur exclusion, les éducateurs du Fil continu encadrent les écoliers en leur offrant des cours le matin et des activités récréatives l’après-midi. Ces élèves découvrent ainsi, par le biais de discussions approfondies et de jeux, les moyens de désamorcer un conflit, de saisir une consigne, de satisfaire une attente, de ruser avec les règles et d’expérimenter la solidarité d’un collectif. Mais ces découvertes passent le plus souvent par une prise de conscience qui ne va pas sans conflits, et les adultes n’ont de cesse de mettre l’accent sur la compréhension de la sanction et sur les automatismes qui conduisent aux incivilités.

Est-ce que l’élève trouve les moyens, dans cet encadrement éducatif, de prendre confiance en lui afin de tout entreprendre pour poursuivre sa scolarité ? Est-il entendu dans ses difficultés ? Ou au contraire est-il, pris en otage dans une structure contraignante qui accentue la punition ? Notre choix, pour cet épisode, est de proposer une immersion dans le quotidien de ces élèves en situation d’échec, afin de permettre à chacun d’éprouver l’action de la parole éducative. Nous avons volontairement opté pour de longues séquences sans ajout de commentaires, afin de proposer une expérience sensible au coeur d’un dispositif de prévention. Notre objectif étant de faire de l’éducation, non pas un sujet, mais un débat.”

Frédéric Moser and Philippe Schwinger

This film has been coproduced by Kadist Art Foundation and L’Age d’or productions in 2011.

‘Thirty years after the series «France tour détour deux enfants» by Jean-Luc Godard and A.-M. Miéville, we propose to « interrogate France » again and to initiate a reflection on the recurring question of ‘living together’.

Our series, «France, détours» is made of several episodes produced in successive but independent stages. The thread that ties the episodes together is based on the choice to follow only the teenagers’ voice.

Our meeting with the organization AFPAD at Pierrefitte-sur-Seine, serves as a starting point for the second episode of the series. Inside the Gustave Courbet high school, AFPAD runs the headquarter of a program called “Fil continu”, that hosts teenagers temporarily excluded from compulsory education after a decision of the Disciplinary Board.
The tutors of the “Fil continu” supervise the students by proposing classes in the morning and recreational activities in the afternoon. Through discussions and games, these students discover how to defuse a conflict, to meet an expectation, to follow or to outwit a rule and to experiment solidarity in a collective.
These discoveries usually precede the emergence of an awareness, which does not occur without conflict. In this educational framework, can the teenagers gain enough confidence to pursue their education? Are they being listened to in their difficulties?

Our choice, for this episode, is to provide an immersion in the daily lives of these students who have failed, allowing them to experience the efficiency of educative language. Our goal is to turn education into a debate, not a mere subject.’