Exhibitions , Paris

Nicolás Paris: Room for us

Nicolás Paris: Room for us

28 septembre – 8 décembre (fermé le vendredi 1er novembre).

Nicolás Paris (né en 1977) crée des espaces collectifs qui produisent différentes expériences esthétiques et sociales.

Invité en résidence à la Fondation Kadist, l’artiste cherche à redéfinir les fonctions de l’institution artistique en la transformant en école temporaire, lieu d’échange et d’apprentissage qui prend pour modèle l’« université-garage ». Il conçoit des workshops variés à la croisée des disciplines, destinés à un large éventail de participants. Ce projet s’inspire aussi de la pédagogie de Deligny, des dynamiques d’apprentissage des Compagnons du Devoir, de la méthode éducative de Joseph Jacotot, et des tactiques anarchistes employées en Argentine au début du XXe siècle par le syndicat des boulangers.
Les universités-garage se sont beaucoup développées en Amérique Latine du fait du manque d’accessibilité aux universités publiques ou privées reconnues. Elles dispensent des formations pratiques et théoriques et se sont progressivement institutionnalisées. L’artiste, qui vit et travaille à Bogota, a pu observer comment cette économie parallèle a participé de la transformation de quartiers entiers.

Nicolás Paris s’est toujours intéressé au dessin comme outil d’apprentissage.
Dans l’histoire de l’art conceptuel latino-américain, l’utilisation du langage, du dessin, des formes participatives et dématérialisées, fait écho à certaines pratiques pédagogiques et s’inscrit dans une forme de critique institutionnelle. L’idée est de repenser les rapports entre savoir et pouvoir. Conscient du rôle social de l’art, l’artiste analyse le type de société dans lequel le système éducatif est produit, et cherche à sortir l’art et la pédagogie de leurs espaces déterminés.

Ayant exercé les métiers d’instituteur et de boulanger avant de poursuivre son travail en tant qu’artiste, Nicolás Paris souhaite combiner ces expériences pour encourager l’inattendu des rencontres et mutualiser les savoirs dans un souci d’égalité.
Les ateliers qu’il conçoit à Kadist reposent sur un système de troc où s’échangent réflexions et compétences plutôt que de l’argent ou des objets. Par exemple, il propose son savoir-faire et son temps de travail aux boulangers du quartier, contre la création d’une recette ou d’une nouvelle forme de pain. Il initie des écoliers à sa méthodologie liée au dessin en leur proposant une série d’exercices, pour qu’eux-mêmes lui apprennent le français. D’autres collaborations sontenvisagées avec des architectes et des musiciens.

A la Fondation Kadist, l’artiste a conçu une architecture modulaire qui s’adapte à chaque activité et l’exposition est le lieu à partir duquel penser les manières de vivre ensemble. Contrairement à l’université-garage qui dispense des formations ciblées, le projet de Nicolás Paris procède par associations d’idées.

http://www.kapsul.org/public/nicolas-paris-room-for-us

Nicolás Paris: Room for us

September 28 – December 8, 2013 (closed on November 1)

The artist Nicolás Paris (b. 1977) works to create collective spaces of exchange that can generate different types of aesthetic and social experiences.

For his residency in Paris, the artist transforms Kadist Art Foundation into a temporary school or a place for learning and exchange. Inspired by the so-called “Garage Universities” in Latin America, the workshops bring together a wide range of participants across many disciplines and seek to redefine the functions traditionally fulfilled by an art institution. For this project, the artist combines the pedagogy of Fernand Deligny, the educational dynamics of the Compagnons du Devoir, the working methods of Joseph Jacotot, and the anarchist tactics used by the bakers’ association in Argentina in the beginning of the past century.
“Garage Universities” developed in Latin America due to a lack of accessible public or private universities. They became formal places dedicated to every kind of theoretical or practical learning. Living and working in Bogotá, Colombia, Nicolás Paris has watched entire neighborhoods be transformed by these complex shadow economies.
Nicolás Paris has long been interested in the use of drawing as a tool for learning. In the history of Latin American conceptualism, the use of language, drawing, and dematerialized participatory forms have often echoed certain pedagogical practices as a form of institutional critique and ways of rethinking the relation between knowledge and power. Aware of the social role of art, the artist analyzes the social structure in which the educational system is produced and makes art and pedagogy overstep their defined spaces. Combining his background as an artist with his experience as a schoolteacher and baker, Nicolás Paris hopes to encourage unexpected encounters and mutually evolving knowledge systems based on equality.

At Kadist, the series of workshops he conceived generates an barter economy where people exchange reflections and expertise rather than services and objects. For example, he will ask neighborhood bakers to create a shape, name, and recipe for an original type of bread in exchange for his own labor and baking expertise. He will introduce schoolchildren to his archive of drawing exercises and methodology in exchange for French lessons. Other workshops will engage architects and musicians.

Situated in a modular architecture inside the Foundation that the artist has specially designed, this exhibition is a way to consider how we live together. Unlike a “Garage University” where the curriculum is motivated by professional opportunities, the project by Nicolás Paris is led by loose association of ideas.

http://www.kapsul.org/public/nicolas-paris-room-for-us