Exhibitions , Paris

The Decapitation of Money

The Decapitation of Money

5 juin – 25 juillet, 2010

Une exposition de Goldin+Senneby avec :
— Angus Cameron (géographe économiste)
— K.D. (auteur fictif)
— Anna Heymowska (scénographe)
— Johan Hjerpe (designer graphique)

Dans l’exposition, vous êtes au coeur de l’espace bicéphale reflétant les recherches menées par Goldin+Senneby au cours de leur résidence à Paris.Ici, deux événements historiques sont confrontés, l’un datant de la fin des années 1930 et l’autre du début des années 1950. Dans l’un des espaces, vous vous trouvez face à la carte de la forêt de Marly où la société secrète « Acéphale», organisée autour de Georges Bataille, avait l’habitude de se réunir pour célébrer notamment le régicide de Louis XVI.

Quelques années plus tard, Georges Bataille écrivait La Part maudite (1949). Dans cet essai, il décrit une société d’abondance dans laquelle pratiquer le potlatch et sacrifier l’excédent d’énergie et de richesses constituent les ressorts véritables de l’équilibre économique.

Dans un second espace, vous êtes témoin de l’émergence de l’Eurodollar au début de la Guerre Froide, lorsque les banques soviétiques et chinoises déposaient leurs dollars en Europe, à la BCEN (EUROBANK), connue aujourd’hui comme la VTB Bank à Paris. Le dollar échappait alors à la juridiction territoriale et financière américaine, transformant la nature même de la monnaie qui passa d’une forme symbolique à une forme virtuelle.La monnaie entrait dans le nouvel espace de l’extériorité, échappant au contrôle d’un Etat souverain. La monnaie était décapitée.Ce sont là des faits. Des faits profondément entremêlés dans une fiction intitulée Looking for Headless, publiée par le duo d’artistes Goldin+Senneby. Dans ce roman policier, articulé autour d’un meurtre (par décapitation bien sûr), le narrateur part aux Bahamas à la recherche de la société offshore « Headless Ltd ». Pour écrire Looking for Headless, l’écrivain anonyme engagé par Goldin+Senneby, utilise des documents envoyés par les artistes — correspondances, dossiers, enregistrements — et décrit les différentes présentations artistiques du projet qui, depuis 2007, prend la forme de conférences, de lectures, de vidéos et d’expositions.

Dans leur projet à Kadist Art Foundation, Goldin+Senneby soutiennent une hypothèse ténue mais très précise : l’émergence de l’Eurodollar, puis de la sphère financière offshore peut-elle constituer ce vide dans lequel la monnaie disparaît, réalisant cette même « consumation » des richesses évoquée par Bataille dans « La Part maudite » Et si cela est le cas, « Headless Ltd » peut-elle être l’incarnation contemporaine de la société secrète du même nom « Acéphale » ou s’agit-il d’une pure coïncidence ?Headless est un projet artistique omnivore, à plusieurs têtes, pour lequel les artistes Goldin & Senneby ont soustraité le développement à plusieurs personnages dans le roman, et à de véritables professionnels dans la réalité: un écrivain, un géographe économiste, une scénographe, un graphiste et même des institutions artistiques.

Goldin+Senneby est une structure collaborative crée par les deux artistes suédois, Simon Goldin et Jakob Senneby dont Kadist Art Foundation a le plaisir de présenter la première exposition personnelle en France.

The Decapitation of Money

June 5 – July 25, 2010

An exhibition from Goldin+Senneby with:
– Angus Cameron (economic geographer)
– K.D. (fictional author)
– Anna Heymowska (set designer)
– Johan Hjerpe (graphic designer)

In the exhibition, you are standing at the heart of a bicephalous space reflecting Goldin+Senneby’s main research led during their residency in Paris. Here, two historical events from the late 1930’s and early 50’s are confronted.
In one of these spaces, you find yourself reading a map of the Marly forest where Georges Bataille’s secret society, « Acéphale », was meeting around 1937 and notably celebrating Louis XVI’s regicide.
A few years later, Georges Bataille wrote La Part maudite (1949). In this essay on economy, he describes a society of abundance and eternal excess where in return potlatch techniques and sacrifice were necessary forms of luxurious consumption.
Nearly at the same time, in the early 1950’s at the very beginning of the Cold War, you are witnessing the emergence of Eurodollar, when Soviet and Chinese banks deposited dollars in Europe, in Paris at the BCEN (EUROBANK), known today as VTB Bank. Thus, the Dollar escaped the US financial, territorial jurisdiction and the very nature of money changed from a symbolic value to a virtual one. Money entered a new space of exteriority, beyond the control of the sovereign state.
Money was decapitated.

These are facts. Facts that are deeply entangled in a fictional narrative entitled Looking for Headless,
commissioned by artist duo Goldin+Senneby since 2007. In this detective story, involving a murder (by decapitation again), the narrator travels to the Bahamas looking for the offshore company called ‘Headless Ltd’. Looking for Headless is published as a ghost written serial novel based on raw material sent by the artists correspondences, dossiers, tapes – and by the different artistic presentations of the project since 2007 in the form of conferences, lectures, videos or exhibitions.
At the Kadist Art Foundation, Goldin+Senneby underline a tenuous but precise speculation: Is the emergence of the Eurodollar and the later offshore finance the exact void where money disappeared, performing a contemporary radical consumption announced by Bataille in La Part maudite?
And if so, can ‘Headless Ltd’ be a contemporary incarnation of Bataille’s secret society of the same
name, « Acéphale »? Are they just mere coincidences?

The artistic project Headless is an omnivorous structure, a multi-headed project in which artists Goldin+Senneby outsource its development to different characters in the novel and independent practitioners in reality: a ghostwriter, an economic geographer, a set designer, and even art institutions.

Goldin+Senneby is the framework for collaboration between Swedish artists Simon Goldin and Jakob Senneby. Kadist Art Foundation is pleased to present their first solo exhibition in France.